Lycée Masséna - NICE

Académie de Nice | Région PACA
Infos générales : Accès | Les bâtiments | Le personnel | Logement et Restauration
Vie du Lycée : Evènements - Journées d'informations | Conférences - Débats | Concert des Prépas, Atout Choeur Masséna-Calmette
Second cycle : Informations générales | Résultats Baccalauréat | Filières du secondaire | Sites de classes | Option danse
Classes prépas : Prépas à Masséna | Inscription dans un EPSCP | Filières | Résultats | Recrutement & Orientation | Témoignages d'élèves | Logement & Restauration | Ecole Navale/Ecole de l'air | Sites de classes | Travaux d'été
Les matières : Les différentes matières | Classes d'option musique | Langues vivantes | Sciences économiques et sociales
Clubs du Lycée : Club Philo | Atelier Théâtre | Initiatives sportives | Brevet Initiation aéronautique
CDI du Lycée : Accueil CDI | e-sidoc | Ressources pédagogiques | Orientation
Historique : Origines du Lycée | Anciens élèves
Associations - Liens : Associations | Liens

Les origines du Lycée Masséna

small logo

Masséna 1860

(La reproduction ci-dessus représente les électeurs niçois allant voter au futur lycée Masséna en 1860)

LES ORIGINES DU LYCÉE MASSÉNA

 

Le 21 septembre 1792, les armées révolutionnaires françaises envahirent le Comté de Nice qui devint un département français.

Conformément à la loi du 3 Brumaire An III (25 octobre 1795) votée sous la Convention, une École Centrale (première école secondaire des Alpes-Maritimes) fut créée dans l'ancien couvent des Augustins Déchaux, bâti en 1623 par l'architecte Massièra à "la Bourgada», outre-Paillon, juste en face le Pont-Vieux.

L'ouverture de cette École Centrale ne fut effective qu'à la fin de l'An VII et ne dura que trois ans. La loi du 2 Floréal An X (1er mai 1802), votée sous le Consulat, d'après un projet de Fourcroy, fit fermer les Écoles Centrales pour les remplacer par des Lycées, un par département.

En la séance du conseil municipal du 4 Thermidor An X (23 juillet 1802) le maire, François Defly, déclara : "C'est au général en chef Masséna, notre compatriote, que nous devons demander de se charger de nous représenter et de nous accorder sa protection pour la création du Lycée».

Par arrêté du 1er Vendémiaire An XII (22 septembre 1803), le triumvirat consulaire décréta la fondation d'un lycée de 3ème catégorie à Nice. Les travaux du lycée furent souvent interrompus à la suite de vicissitudes tant administratives que financières ; Louis Romey, maire de Nice, eut beau s'écrier le 29 juin 1807 : "Le Lycée Impérial de la ville de Nice sera mis promptement en activité ...», les travaux s'arrêtèrent le 21 octobre de la même année pour ne reprendre que le 20 juillet 1811 !

Louis de Fontanes, grand Maître de l'Université, écrivit à Masséna pour lui indiquer que le lycée pourrait être ouvert pour la rentrée des classes. Or celui-ci n'ouvrit qu'en février 1812, avec comme proviseur (grâce à son amitié avec Napoléon), un représentant de l'ancienne noblesse niçoise, J.F. de Orestis, maire de Nice depuis 1808. Pour pallier son inexpérience, on fit appel comme censeur au principal du collège de Sens, M. Tranchant.

Dès la chute de l'empereur, en 1814, le roi de Piémont-Sardaigne, Victor-Emmanuel 1er, récupéra, en vertu du Traité de Paris, les terres du Comté de Nice, et y réintroduisit les lois sardes.

Le 27 mai, le conseiller de préfecture Sauvaigue remettait ses attributions à l'Intendant général régent Fighièra, qui liquida l'ex-lycée et traita avec les Jésuites pour leur retour.

Le 15 septembre 1819, Victor-Emmanuel 1er déclara : "La direzione del collegio sara affitada alla Compagnia di Gesù». Le Collège Royal ouvrira en octobre 1820.

Le Décret royal du 25 avril 1848 exclut la Compagnie de Jésus du royaume, ses membres quittèrent le collège de Nice le 4 mai 1848. Un "Collegio Convitto Nazionale" le remplaça jusqu'au plébiscite sur le rattachement du Comté à la France, décidé par le Traité de Turin du 24 mars 1860, qui eut lieu les 15 et 16 avril dans les locaux du collège.

Le 14 juin 1860, le ministre de l'Instruction Publique établissait à Nice un "Lycée Impérial" de 4ème catégorie dans les locaux de l'ancien collège. Par délibération du conseil municipal du 8 octobre 1862, il fut décidé d'agrandir le lycée ; une nouvelle façade fut construite en 1875-1876.

En 1864, sur 470 élèves, 221 étaient originaires du Comté de Nice, 64 du département, mais de la rive droite du Var, 170 étaient étrangers au département et 15 à la France.

Le lycée n'étant ni assez vaste, ni assez fonctionnel, la construction d'un nouvel édifice fut votée par le conseil municipal du 10 janvier 1909. Le Président de la République, Armand Fallières, en posa la première pierre, le 26 avril 1909. L'édifice ne fut inauguré que le 11 avril 1931, le chantier ayant été interrompu de 1915 à 1923 du fait de la guerre.

En 1963, le lycée de garçons de Nice fut officiellement dénommé «Lycée Masséna» en souvenir de l'active participation du Maréchal d'Empire à la construction du premier lycée impérial.

Guy SAMPIERO